AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Vampire's School, incarnez un vampire, bon ou mauvais et faîtes le évoluer.
Il est important de prendre en priorité les prédéfinis ainsi que des professeurs

Partagez | 
 

 That's no reason. [Cleophee/Orion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Lun 28 Juin - 18:23

Sans comprendre ce qu'il se passait, elle se retrouvait, sous la contrainte la plus totale, trimballée vers le lit ou ses deux poignets ainsi que ses deux chevilles furent liés très étroitement par des ceintures. Immobilisée, ses mains attachées aux barreaux du lit. Quoi de plus déstabilisant et de plus frustrant à la fois. Les canines toujours sorties, Cléo le regardait, d'un regard plein de reproches pour le faire culpabiliser. Mais il ne semblait pas y faire attention, ne voulant pas se faire berner.

_Bon, ma beauté. On va arrêter de rigoler, toi et moi. Tu vas faire quoi, en te jetant par la fenêtre ? Aller sniffer de l'herbe, fumer des feuilles de chênes et boire de l'eau de mer ? T'es à poil, t'as pas de thune, et t'as l'air du diable. Et en plus tu pues le vomi, ma grosse.


Étrangement, la voix dans sa tête commençait à partir, elle commençait à reprendre ses propres idées et mouvements en tête. Perdue, elle essaya de bouger, de se débattre, mais l'épaisse ceinture en cuir lui empêchait tout mouvement. Les paroles d'Orion lui avait un peu ouvert les yeux. Elle se sentait d'un coup honteuse, comme si l'ancienne Cléo avait repris le dessus sur celle en manque. Une effusion de larmes commença à couler le long de ses joues blafardes, sans qu'elle puisse l'arrêter ou la contrôler. Elle se sentait si mal , comme jamais elle ne s'était sentie tout au long de sa courte vie. Elle s'était battue, avait insulté Orion, s'était donnée en un bien triste spectacle devant lui, complètement hors-d'elle sans se préoccuper de rien, même pas de garder une quelconque dignité. Sur le moment elle désirait juste une chose, qu'il la détache, lui fasse confiance et que tout soit à nouveau comme avant ou même prendre une corde et mettre fin à ses jours. Mais rien de tout cela ne serait possible désormais,enfin il faudrait au moins un peu de temps pour que tout recommence.. Pour qu'Orion digère tout ce que lui avait dit Cléo, tout ce qu'elle lui avait fait subir et l'avait obligé à faire. Pour la corde elle était moins sur, et de toute façon se savait incapable de faire un truc pareil. Et puis le suicide était il réellement possible pour un vampire ? Perdue dans ses divagations fantasques, elle entendit tout de même la voix forte et assurée d'Orion résonner :

_Les pilules, t'oublies. Le whisky, par contre, t'y as le droit. Un peu.


Du whisky, c'était une bonne idée. Seulement Cléo en évitant totalement sa question indirecte lui répondit par autre chose ; chose qu'elle avait toujours eu envie de lui dire même si ce n'était peut-être pas le moment approprié.

    « Je viens de tout foutre en l'air comme d'habitude... Jm'en veux tellement de te faire vivre ça, je savais dès le départ que c'était pas une bonne idée le sevrage. Mais pour une fois que quelqu'un voulait m'aider à m'en sortir, à me sortir de cette merde, comment je pouvais refuser. Sans toi je suis rien ici Orion... Rien du tout... Désolé.... »


Tout ce qui lui tenait à cœur elle venait de le lui déballer, d'une voix plus sur, plus vraie, les yeux baissés cependant. Elle ne voulait pas croiser le regard de son sauveur, elle avait bien trop honte pour cela. Les liens enserrants ses chevilles et ses poignets n'arrangeaient en rien à sa détresse car ils étaient vraiment liés très étroitement,- et même si elle était vampire et que sa peau était des plus résistante- une douleur commençait à se faire sentir. Ses excuses étaient sincères, elle s'en voulait réellement, mais était très affaiblie pour dire plus. En vérité, Orion était la personne qui l'avait sauvé et lui avait permis de prendre une décision qu'elle n'aurait pu prendre seule. Même si il ne se voyait pas forcément comme tel, pour elle c'était un modèle. Son unique et premier modèle dans la vie. Elle se sentait vide, rongée par le remord. La jeune vampire était usée de tout cela, d'elle-même, qui avait véritablement pété un câble. Tout cela lui ressemblait dans le sens ou elle était un peu à l'ouest naturellement, mais la crise de manque avait influencée énormément sa façon d'être avec Orion évidemment. Jamais elle ne lui aurait parlé comme ça en tant normal ou ne l'aurait frappé. Son coté obscure de droguée était ressortie au grand jour, pour la première fois, ne se contentant pas d'épuiser juste Orion car elle aussi s'était épuisée. Elle ajouta d'une petite voix :

    « Et d'acc pour le whisky. »


_Tu me rendras fou, Cléophée. Complètement fou.

Elle aussi se rendrait folle c'était certain. Elle le regarda, il était en train de boire à même le goulot des grandes lampées de whisky. L'œil vide, il semblait d'une grande lassitude. Mais comment lui en vouloir ? Elle venait de lui faire vivre un enfer, et tout cela n'était surement pas terminé. A force de vouloir vivre trop vite les choses, elle était tombée de haut, -déjà qu'elle venait de perdre toute sa dignité et crédibilité durant toute cette nuit de sevrage intense-. C'était maintenant à elle de remonter la pente, aussi ardue qu'elle soit. Commencer à se reconstruire ,-bien que la nouvelle Cléo sevrée- n'était pas encore tout à fait de la partie. Il lui resterait toute sa vie vampire des séquelles de cela, mais elle s'en fichait, voulant avancer.

    « T'inquiète pas, il y a des chances que je devienne tarée avant toi... »


Elle osa un petit sourire, oh quasi imperceptible, microscopique, mais c'était le premier depuis longtemps. La preuve que le sevrage avait avancé un peu. Soudain elle eu un relent de quelque chose qui semblait s'apparenter à du sang, encore une fois. Elle ne put se retenir, et la tête légèrement penchée en avant, sans le réflexe de se tourner pour au moins ne pas se vomir dessus -n'ayant pas la possibilité de bouger - , tout le reste du sang que lui avait fait ingurgité Orion ressortit, faisant une tache sur sa chemise de nuit assez conséquente et immonde.

    « Oh non... »


Elle leva les yeux vers le plafond, que c'était humiliant et répugnant. Elle n'osait même pas regarder la tête que faisait Orion, l'imaginant déjà bien assez dans sa tête. Elle se dégoutait, ne pouvant même pas s'essuyer la bouche ni rien.




Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Lun 28 Juin - 19:49

    Il la voyait se calmer peu à peu. C'est ainsi qu'il réalisa qu'il avait fait les bonnes choses, et qu'il n'avait à priori aucune raison de s'en vouloir. Mais après tout, pouvait-il lui faire confiance ? N'était-ce pas encore l'un de ses plans machiavéliques ? Et voilà qu'elle passait aux confessions. Il la regarda, amorphe, ne sachant que penser. Elle semblait sincère, mais Orion ne pouvait s'empêcher d'y voir de la malhonnêteté. Dans sa tête, il s'imaginait qu'en lui disant toutes ces jolies choses, elle cherchait à ce qu'il la détache, pour qu'elle puisse ensuite mieux s'échapper ou l'agresser. Mais d'un autre côté, il ne demandait qu'à la croire. Il n'appréciait pas spécialement le fait de la voir attachée comme un animal, juste sous ses yeux. Elle ne l'avait pas regardé une seule fois dans les yeux, ce qui visiblement leur allégeait la tâche à tous les deux. Il soupira, buvant une autre gorgée, ne sachant toujours que faire. Il se leva, collant la bouteille à la bouche de sa compagne, sans réellement la regarder non plus. La tension était palpable, lui était plongé dans ses pensées, elle rongée par la culpabilité. Il retira le goulot de ses lèvres quelques secondes ensuite, ne voulant pas trop lui en donner. Ce serait dommage qu'elle vomisse un si bon whisky, et qu'elle vomisse tout court d'ailleurs. Il retourna s'assoir, toujours partagé entre deux choix.

    _T'inquiète pas,il y a des chance que je devienne tarée avant toi...

    La voyant sourire -malgré la légèreté du rictus-, il comprit qu'elle avait été sincère. Il se permit une esclaffe lui aussi, mais n'était toujours pas décidé à la relâcher. Après tout, il y a moins de dix minutes elle était prête à lui planter ses crocs au creux du cou, et là elle venait de lui faire une déclaration des plus attendrissantes. Que devait-il comprendre ? Elle était en sevrage, et était donc lunatique comme personne d'autre ne pouvait l'être. Le drogué en manque présente toujours des troubles du comportement, c'est quelque chose d'évident. Alors même si elle avait été sincère, il ne pouvait se permettre de retirer les ceintures avant un petit moment encore. Simple sécurité. Il la regardait toujours, avec une certaine impassibilité, sa bouteille toujours à la main. C'est là qu'il remarqua qu'elle se comportait étrangement. Son ventre se contractait. Il n'eut pas le temps de réaliser que Cléophée dégurgita les derniers restes de sang qu'il lui avait fait avaler auparavant. Le dernier vêtement qu'il lui restait était maintenant recouvert de cette affreuse et pâteuse composition. Elle s'était littéralement vomi dessus. Et cela exhalait comme jamais. Orion grogna, baissant la tête. Il se releva, posant sa bouteille de whisky sur la table de chevet. Il parti chercher un autre gant qu'il humidifia, avec lequel il nettoya la bouche et le torse de son amie. Cela était plus que répugnant, mais il ne broncha pas, nullement intimidé par la texture. Tout nettoyer au gant n'était cependant pas suffisant, il ne pouvait décemment laisser cela s'encrouter sur la chemise de nuit de son amie. Elle devait la retirer. Le fait d'avoir cela sous le nez pourrait réveiller d'autres nausées et d'autres malaises.

    _Ne va pas croire que je profite de la situation.

    En relevant la tête afin de ne pas regarder, il arracha presque violemment le vêtement de sa compagne, et déposa la couverture sur sa poitrine, tout cela en un seul mouvement. Il alla ensuite déposer les morceaux de tissus restant dans un sac plastique, qu'il jeta dans la petite poubelle de sa chambre.

    _Je t'en rachèterai une.

    Il soupira, se rasseyant dans son siège. Cléophée semblait gênée et humiliée de tout ça, ce qui était compréhensible. Comment se serait-il senti, si il avait été à sa place ? Il s'imagina soudainement ligoté, presque nu, sous les yeux de sa compagne, nonchalamment assise une bouteille d'alcool à la main. Quel outrage ! Il serra les dents, se dégoutant lui-même. Il faisait preuve d'un si mauvais comportement envers son amie qu'il commençait presque à se haïr. Mais avait-il réellement le choix ? Après tous les évènements passés, elle ne se serait jamais calmée d'elle-même. Elle aurait continué à lutter, toujours et encore, se serait débattue, aurait voulu s'enfuir. Il réalisa combien de fois en moins d'une heure il avait eu les idées brouillées. Un coup il se sentait sûr de lui et prêt à affronter tout ce qui arriverait, un coup il était abattu, se trouvait sale et se répugnait presque. Les manières lunatiques sont visiblement contagieuses.

    _Pardonne-moi.

    Il approcha sa chaise d'elle, et déposa un baiser sur son front. Il se sentait honteux, mais parvenait à rester digne. Il reprit sa bouteille de whisky, en bu une brève gorgée, et décida d'arrêter, avant qu'il ne lui en reste plus assez. Il caressa la main de sa compagne, l'obligeant presque à l'affronter du regard. Il avait hâte que tout cela se termine, qu'il puisse la reprendre dans ses bras sans craindre qu'elle ne l'agresse, ou qu'ils discutent tranquillement sans qu'il n'appréhende un changement d'humeur soudain. Cela ne faisait que quelques heures qu'ils étaient là, et c'était comme si cela avait duré une éternité. Et cela durerait sûrement encore bien longtemps. Le sevrage chez les humains durait en moyenne une à deux semaines. Chez les vampires, cela devait prendre moins de temps. Quelques jours, à priori. Une seule chose dans la désintoxication était cependant commune aux mortels et aux sang-froids : la tentation de recommencer ensuite. Et si tout cela ne servait à rien, en réalité ? Cléophée était adulte, et Orion ne serait pas ainsi à la materner pour le restant de ses jours. Elle pourrait très bien reprendre une petite pilule un peu plus tard, qu'elle retrouverait sous son lit en faisant le ménage, ou qu'on lui proposerait au détour d'un verre un soir tardivement dans un bar. Il y avait tellement de situations possibles qui la pousseraient à récidiver, qu'Orion en arrivait à se poser des questions sur le but réel de toute cette mise en scène.

    _Et sache que tu n'as aucune raison de t'en vouloir... tu aurais dû passer par là tôt ou tard. Moi je ne t'en veux pas. Que tu me frappes, m'insultes, me vomisse ou me crache dessus, je pense que je parviendrais à toujours passer l'éponge. Le seul fautif dans l'histoire, tu l'as devant les yeux.

    Cela n'était pas dans ses habitudes de se rabaisser ainsi et même d'en venir aux excuses. Mais il y avait des moments où il fallait savoir ravaler sa fierté.
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Mar 29 Juin - 3:07

Heureusement qu'Orion prit les choses en main rapidement, enlevant les plus grandes traces de vomi sur Cléo et essuyant sa bouche et la partie touchée de son torse. Elle ne lui adressa pas un regard, se mordant la lèvre inférieur pour ne pas dire de choses qu'elle regrette par la suite. Tout cela était si stupide. Pourquoi lui faisait-il endurer cela après toute la confession à cœur ouvert qu'elle avait osé lui dire il y avait à peine une minute. Tout serait plus simple s'il la détachait. Son humeur changeait sans cesse, elle se fatiguait, mais c'était dû au sevrage. Elle se sentait lucide maintenant, mais aussi très las. Elle ne savait pas pourquoi mais Orion lui parut d'un coup moins sécurisant.

_Ne va pas croire que je profite de la situation.

Il venait de lui arracher sa chemise de nuit, sans un regard vers son corps nu et déplaça la couverture sur elle. Cléophee se sentait humiliée mais aussi trahit. Comment pouvait-il lui faire cela ? Comme si lui racheter une chemise de nuit était un soucis. Excédée par ces paroles, elle le fusilla du regard. Finalement encore heureux qu'il ne l'ait pas détacher, car en ce moment même elle lui aurait surement balancé un coup de poing dans l'autre œil. Elle se recroquevilla sur elle-même,- le plus que ses maudits liens le lui permettaient,- mal à l'aise et furieuse à la fois. Et lui s'était tranquillement rassie, avec sa bouteille à la main, la regardant. S'en était presque malsain, elle secoua la tête, ne le regardant même plus. Ce qu'il faisait était lamentable et compréhensible à la fois.

_Pardonne-moi.


Alors qu'il l'embrassait sur le front, elle pinçait ses lèvres. Comment voulait-il qu'elle le pardonne alors qu'elle était toujours attaché à un lit, pieds et mains liées, presque nue. Non ça, Cléo ne l'avait pas encore digérée. Bien sur qu'elle le pardonnerait directement, mais cela dès qu'il l'aurait détaché, .. Il buvait encore et encore, cela exaspérait au plus haut point Cléo qui soupirait. Après tout était-ce vraiment raisonnable, un alcoolique aidant son amie droguée pour son sevrage ? Évidemment cela était exagéré car Cléo savait qu'Orion pouvait très bien se passer de la boisson pendant toute une semaine si il n'avait pas l'occasion d'en boire. Mais dans sa tête tout était plus amplifiée, elle était à fleur de peau. Ce qui était sur c'est qu'elle aurait préféré qu'il ne boive pas autant pendant son sevrage.

    « Orion, je suis à poil, attachée à un lit, du vomis plein les cheveux, alors que toi tu t'envoies la bouteille de whisky depuis tout à l'heure... Alors sincèrement, je ne sais plus quoi penser là tout de suite, tu m'excuseras. J'aimerais vraiment pouvoir te pardonner, mais pour ça, faudrait peut-être que j'ai des raisons de le faire. »


Son ton était ironique bien sur, -sauf la dernière phrase bien sur-, elle dit tout cela en encrant ses yeux dans ceux ténébreux, un brin alcoolisés d'Orion, affrontant son regard sans broncher pour une fois. Elle était réellement très mal. Elle sentait qu'Orion lui caressait le dessus de la main. Cela ne l'apaisa pas, c'était bien trop facile. Elle ne se laissait pas amadouer comme un vulgaire chat ou truc du genre.

Et sache que tu n'as aucune raison de t'en vouloir... tu aurais dû passer par là tôt ou tard. Moi je ne t'en veux pas. Que tu me frappes, m'insultes, me vomisse ou me crache dessus, je pense que je parviendrais à toujours passer l'éponge. Le seul fautif dans l'histoire, tu l'as devant les yeux.

Lui le fautif ? A vrai dire Cléo n'y avait jamais songé, alors elle le regarda avec des yeux quelques peu étonnés, un regard plein d'incompréhension.

    « C'est trop facile tout ça et tu le sais très bien, de te rabaisser comme sa.
    Moi je m'en voudrais toujours pour cette nuit, pour ce que je t'ai infligé et ça changeras jamais, parce que t'es la seule personne que j'ai et ... Je sais pas quelque chose nous liera toujours au fond, je l'ai toujours pressentie dès le premier jour ou on s'est parlé alors dit pas des choses comme ça... Sans toi j'aurais fait quoi cette nuit ?

    Seulement là, si dans deux minutes tu ne m'as pas relâché mon avis sur toi va subitement changer je pense. Sérieux Orion, je n'ai jamais autant été humiliée de ma vie, et là j'essaie de comprendre les raisons qui t'ont poussé à faire ça et tout, mais je ne pense pas que je vais continuer à relativiser deux heures de plus. Putain fait le bon choix. Je suis lucide, j'ai plus envie de jouer à ça, je peux me contrôler maintenant. »


Elle l'interrogea du regard, avide de curiosité pour la première fois de sa vie mais son expression était grave, un brin agacée par tout ça. Tout se jouait maintenant. Alors serait-il capable de lui faire confiance et de la libérer ? Ou la laisserait-il liée ainsi encore longtemps ? Telle est la question. La confiance. Quelque chose de si compliqué à donner et pourtant si simple à recevoir et à trahir. Il suffisait de deux secondes pour l'offrir à quelqu'un pour ensuite s'en mordre les doigts toute une vie. Seulement Cléo n'avait jamais été aussi sincère de toute sa vie. Alors c'était inenvisageable qu'il ne le remarque pas. Mais elle comprenait au fond d'elle qu'il se méfiait après tout les évènements de la nuit. Et puis Cléo n'était pas encore totalement sevrée. Entre dire qu'on pense se contrôler en étant attaché, et le faire véritablement; il y a un gouffre..

Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Mar 29 Juin - 10:56

    Par son regard, il devinait son amertume.

    _Orion, je suis à poil, attachée à un lit, du vomis plein les cheveux, alors que toi tu t'envoies la bouteille de whisky depuis tout à l'heure... Alors sincèrement, je ne sais plus quoi penser là tout de suite, tu m'excuseras. J'aimerais vraiment pouvoir te pardonner, mais pour ça, faudrait peut-être que j'ai des raisons de le faire.

    Il baissa la tête, ses doigts toujours posés sur ceux de son amie. Elle avait partiellement raison. Il n'aurait jamais dû l'ouvrir. Il dévisagea rapidement la bouteille à moitié vide posée sur la table de chevet, et se releva pour la ranger. Il devrait aussi la détacher. Mais quand, comment ? Tout en replaçant minutieusement son breuvage sous ses tee-shirt, il songea à la relâcher. Le fait qu'elle parvienne à entretenir une discussion avec lui signifiait que ses idées étaient déjà bien plus claires. Il devrait toujours se méfier de ses humeurs changeantes, mais estimait ne plus avoir à craindre une quelconque agression physique. Il espérait, du moins. Au prochain coup, il abandonnerait sûrement, lui ouvrirait la porte, rangerait les ceintures, et reprendrait sa bouteille. Il n'irait pas plus loin que ça, et il espérait sincèrement qu'elle en était consciente.

    _ C'est trop facile tout ça et tu le sais très bien, de te rabaisser comme ça. Moi je m'en voudrais toujours pour cette nuit, pour ce que je t'ai infligé et ça changeras jamais, parce que t'es la seule personne que j'ai et ... Je sais pas quelque chose nous liera toujours au fond, je l'ai toujours pressentie dès le premier jour ou on s'est parlé alors dit pas des choses comme ça... Sans toi j'aurais fait quoi cette nuit ? Seulement là, si dans deux minutes tu ne m'as pas relâché mon avis sur toi va subitement changer je pense. Sérieux Orion, je n'ai jamais autant été humiliée de ma vie, et là j'essaie de comprendre les raisons qui t'ont poussé à faire ça et tout, mais je ne pense pas que je vais continuer à relativiser deux heures de plus. Putain fait le bon choix. Je suis lucide, j'ai plus envie de jouer à ça, je peux me contrôler maintenant.

    Toujours debout, il l'avait écouté, réalisant petit à petit la véracité de ses paroles. Certes il n'était parfois pas très adroit, se montrait tantôt froid tantôt compréhensif. Et là il voyait bien qu'elle était sincère. Tête basse, il s'approcha d'elle, commençant par retirer la ceinture nouant ses pieds, puis celle liant ses mains. Il les enroula en silence toutes les deux, et les rangea à leur place. Neutre, il se rassit sur sa chaise, ne la regardant même pas. Il ne savait vraiment quoi dire. Bien sûr, elle avait raison. Mais dans tout ça, elle avait aussi sa part de faux. C'est du moins ce dont il cherchait à se convaincre. Orion posa finalement son regard sur sa seconde, qui s'était en fin de compte relevée, découvrant les marques rougeâtres qui ornaient ses poignets et ses chevilles. Il détourna les yeux, et s'agenouilla au sol, près du lit, le regard grave et un voile impassible sur le visage. Ses iris étaient immobiles, ses mains posées sur le draps, ses traits apathiques et le son de sa voix sonnait morne. Il avait presque peur de la tournure que prenait toute cette conversation, il se sentait comme en situation de "rupture". Tout se déroulait de la manière dont il l'avait imaginé quelques heures auparavant : elle lui reprocherait tout ça, et lui y trouverait ses torts. Ils partiraient ensuite chacun de leur côté, et se contenteraient de se saluer brièvement dans les couloirs quand ils se croiseraient. Étaient-ils obligés d'en arriver à ce stade ? Au point de ne plus aimer se connaître ? Au point de ne plus, tout simplement, s'aimer, se supporter ? Trop rongés par la honte, la culpabilité et le remord ? Non. Orion ne pouvait décemment laisser passer ça.

    _Écoute. J'admets le fait d'être parfois maladroit, mais je tiens à souligner le fait que nous parlons là du sevrage de l'être qui m'est le plus tendre. Alors si, pardonne-moi de ne pas réussir à me plier à chacune de tes exigences, pardonne-moi de ne pas être plus compréhensif et de ne pas savoir combien ce que tu ressens est compliqué.

    Il se releva, s'asseyant sur le lit, face à son amie. Il cherchait ses mots en silence, joignant ses propres mains. Il regardait ses genoux, soupirant de temps à autre, avant de finalement relever la tête.

    _Si tu veux savoir, j'ai fait toutes ces choses parce que je me rends compte que petit à petit, j'ai été délaissé par ceux qui m'étaient chers, dans la vie. Alexandra est Morte de honte, Lullaby s'est évaporée après que je l'aie embrassée, et Tyler s'est visiblement noyé dans ses copies, sans me donner le moindre signe de vie. Tu es tout ce qu'il me reste, Cléophée, et je ne veux pas craindre une seconde de plus de te briser les côtes à la moindre étreinte. Je veux plus voir ton regard divaguer et un sourire abruti orner ton visage quand j'essaye d'être sérieux. Et surtout, je veux plus que tu t'éclipses toutes les deux heures environ pour revenir complètement shootée par la suite. J'en ai marre, Cléo. Ras-le-bol.

    Il s'était mis à plat, comme nu. Jamais il ne s'était confié si intimement, en point d'en évoquer ses ressentis. Non, il n'avait pas envie de pleurer ni même de taper contre un mur. Il avait juste envie qu'elle comprenne ses motifs, qu'elle ne s'imagine pas qu'il ait fait ça dans le simple but d'avoir accompli sa bonne action quotidienne. Il voulait qu'elle réalise combien elle était importante à ses yeux, et combien le fait de la perdre serait la goutte d'eau qui ferait déborder le dernier vase. Il voulait qu'elle apprenne de tout cela que les relations que l'on parvient à se créer ne sont pas si faciles que ça à entretenir, et qu'il faut savoir les apprécier comme il se doit. Et que parfois, il y a de plutôt bonnes surprises.

    _Je t'ai attaché parce que je craignais des représailles. Un coquard me suffit.

    Il se permit un très petit sourire.

    _Et j'ai retiré ta nuisette parce que j'avais peur que l'odeur ne fasse remonter les dernières parcelles de sang...

    Il la regarda, l'air peu fier. C'est sûr, ça n'avait pas non plus été l'une de ses meilleures idées. Il avait quelque peu honte de la plupart de ses actes, mais préférait se dire que c'était mieux d'avoir fait ça ainsi que l'inverse. Il n'aurait pas aimé continuer cette lutte une heure de plus, et aurait de toute façon été obligé d'en arriver là. C'était soit ça, soit l'abdication. Et ça, autant dire que c'était hors de question pour un être aussi fier qu'Orion. Jamais il n'aurait accepté le fait de se savoir vaincu par une droguée en sevrage. A ses yeux, les junkies sont des gens faibles, pas assez capables pour se créer leur propre bonheur, qu'ils recherchent tous dans le vice de la drogue. Mais cela n'est pas une nouveauté. Les toxicomanes revendiquent tous le fait que la drogue les fait "planer", et que c'est ce qu'ils recherchent dans ces pilules ou ces poudres. Mais la différence entre eux et Cléophée c'est qu'eux, ils sont tout seuls, cloitrés dans leur misérables squatte, n'ayant pour connaissance que des gens susceptibles de les trahir. Cléo, elle, avait absolument tout autour d'elle pour se forger sa propre vision du monde, et sa propre pensée. Elle n'avait besoin d'aucune substance nauséabonde pour se dessiner un avenir. Tout ce dont elle avait besoin, c'était un peu de patience, de sang-froid, et de compréhension. Tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Mar 29 Juin - 16:15

Cléo n'avait jamais vu Orion dans un pareil état et s'en voulait presque que ses propres mots ait déclenché un si grand malaise. Sa tête était baissé, il semblait comme honteux , ses traits étaient éteints et ça Cléo ne le voulait pas. Sans croiser le regard de son amie, il entreprit de la détacher, elle était soulagée qu'il fasse cela, lui prouvant qu'il lui avait donné sa confiance ce qui était énorme pour quelqu'un d'aussi indépendant qu'Orion. La jeune vampire fut touchée par ce geste. Après tout il aurait très bien pu se méfier par crainte d'une nouvelle crise... Mais non, il avait foncé tête baissé, et l'avait libéré. Ravalant sa salive, un peu gêné, Cléo -enveloppée comme dans une serviette dans le drap -se leva, ses poignets et chevilles la tiraillaient un peu mais rien de bien grave. Les marques disparaitraient sous peu. Orion semblait si mal, il s'agenouilla au sol près du lit, inquiète et toujours debout, à coté de lui, Cléo le regardait silencieuse et immobile, attentive à ses paroles.

_Écoute. J'admets le fait d'être parfois maladroit, mais je tiens à souligner le fait que nous parlons là du sevrage de l'être qui m'est le plus tendre. Alors si, pardonne-moi de ne pas réussir à me plier à chacune de tes exigences, pardonne-moi de ne pas être plus compréhensif et de ne pas savoir combien ce que tu ressens est compliqué.

Cléo serra ses bras qui tenait la couverture contre elle encore plus fort. Jamais elle ne s'était sentie aussi coupable de ce qu'il se passait et compréhensive à la fois. Voir l'être qui était le plus cher à ses yeux se dévoiler ainsi, se mettant à nue pour la première fois était quelque chose d'inédit, de tellement précieux.. Cléo en avait les larmes aux yeux mais essaya de les retenir mais quelques-une réussirent à échapper quand même.Elle était encore une fois à fleur de peau, les effets du sevrage sans doute mais aussi une partie d'elle-même qu'il avait fait ressurgir, une partie sensible.

Il s'assit sur le lit, face à elle, comme dépité, ne commençant à la regarder qu'après avoir prononcé une ou deux phrases en regardant ses genoux.

_Si tu veux savoir, j'ai fait toutes ces choses parce que je me rends compte que petit à petit, j'ai été délaissé par ceux qui m'étaient chers, dans la vie. Alexandra est Morte de honte, Lullaby s'est évaporée après que je l'aie embrassée, et Tyler s'est visiblement noyé dans ses copies, sans me donner le moindre signe de vie. Tu es tout ce qu'il me reste, Cléophée, et je ne veux pas craindre une seconde de plus de te briser les côtes à la moindre étreinte. Je veux plus voir ton regard divaguer et un sourire abruti orner ton visage quand j'essaye d'être sérieux. Et surtout, je veux plus que tu t'éclipses toutes les deux heures environ pour revenir complètement shootée par la suite. J'en ai marre, Cléo. Ras-le-bol.


Cléo était un peu surprise des confessions que lui livraient délibérément Orion, le cœur ouvert lui aussi.

    « Dans toute ma vie personne ne m'a jamais parlé comme ça. Orion je n'aurais jamais la force de t'abandonner un jour.. Et plus jamais je retomberais las-dedans, la drogue c'est finie, je te le jure, je veux que ça le soit vraiment...je pense avoir la volonté pour ne pas re chuter. Ne serait-ce que pour toi. »


Elle dit la dernière phrase avec le ton de quelqu'un qui désire plus que tout de ne jamais reprendre, elle tiendra bon rien que pour Orion.

Non c'était hors de question, Cléo aimait trop Orion pour oser le faire souffrir encore une fois. Elle retenait encore une fois un sanglot, elle était tellement émue par cette déclaration, par le fait qu'il se dévoile, et comprit alors pour la première fois à quel point elle comptait pour lui. Pour elle aussi c'était difficile de lui dire tout ses mots, mais elle le faisait et ce n'était pas juste pour lui faire plaisir qu'elle le faisait mais par véritable conviction.

_Je t'ai attaché parce que je craignais des représailles. Un coquard me suffit.

Elle esquissa un petit sourire triste, le regardant avec un regard chargé d'émotions. Elle était sincèrement désolé pour ce coquard et s'en voulait de ne pas avoir eu la force de se retenir.

_Et j'ai retiré ta nuisette parce que j'avais peur que l'odeur ne fasse remonter les dernières parcelles de sang...

Elle s'approcha, trainant derrière elle la couverture qui cachait son corps nu à partir de sa poitrine et s'assied doucement juste à coté de lui sur le lit. Elle déposa un baiser sur sa joue tout en joignant ses doigts aux siens, puis posa sa tête sur l'épaule droite d'Orion tenant toujours la couverture de sa main droite. Il lui avait permis de changer de vie, d'avoir la force de commencer un sevrage et d'oublier son lourd passé. Elle se souviendrait toujours de lui et ne voulait pas le quitter. Mais c'était difficile pour elle qui n'avait jamais eu d'attaches aussi forte avec personne de laisser quelqu'un prendre une place aussi importante dans sa vie. Seulement elle fera tout et donnera tout pour y arriver, arriver à faire confiance jusqu'au bout à Orion.

    « On s'en fout de ça Orion, c'est pas grave, l'essentiel c'est que tu m'aies libérée... Elle s'arrêta et reprit avec un petit air amusé comme pour détendre l'atmosphère : « Et puis elle était affreuse cette chemise de nuit de toute façon. »


Elle continuait de caresser la main d'Orion avec la sienne aimant ce contact si spécial qui la rassurait tellement.



Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Mar 29 Juin - 21:48

    Compréhensive et visiblement émue, elle se joint à lui, se lovant à ses côtés sur le lit, entremêlant leurs doigts avec tendresse. Ses cheveux, bien que sales, chatouillaient la nuque d'Orion, sensation nullement désagréable, plutôt délicieuse. Il passa l'un de ses bras autour de sa taille, sentant ses côtes dépassant presque de sa peau froide, et son second bras par-dessus la couverture, l'enlaçant clairement. Il lui embrassa le sommet du crâne, profitant de ce moment de tendresse après tant d'agitation. Il pouffa légèrement de rire lorsqu'elle tenta une pointe d'humour, assez bien placée, qui détendit immédiatement l'atmosphère. Il se sentait soulagé que tout cela prenne doucement fin, que l'affection et les sentiments prennent la place de la haine et de la névrose. Il sentait que Cléophée était réellement motivée, qu'elle tâcherait avec sincérité de ne pas rechuter, simplement pour ne pas le décevoir. Et cela le touchait. Il ne se mettait jamais à nu, n'exposait que très rarement ses ressentis sur une situation quelconque, et préférait fermer les yeux sur beaucoup de chose. Mais une fois de plus, sa compagne avait su percer à vif le côté très pudique du vampire, laissant jaillir un flot d'émotion refoulé depuis bien longtemps. Il préférait lever le voile devant des gens qui lui étaient chers comme Cléophée, que devant de purs inconnus dont la présence ne lui était en rien indispensable. Désormais, il savait que sa protégée l'accompagnerait au quotidien, et qu'ils surmonteraient ensemble tous les aléas que peuvent engendrer une vie après diverses aliénations. Leurs mains enlacées étaient comme significatives du chemin qu'ils prenaient tous les deux, de cette existence qu'ils avaient, inconsciemment peut-être, décidés d'adopter pour le plus de temps possible.

    _Tu sais, j'ai des économies. Je suis prêt à t'offrir les étoiles si cela est nécessaire à ton bonheur.

    Il pencha un peu sa tête, afin de mieux observer le visage de son amie.

    _Je veux juste que tu sois heureuse. Tout le temps, à chaque seconde passante. Et je veux que tu sois à mes côtés.

    Il était, une fois de plus, sincère. Si elle désirait la plus jolie des robes, la plus écœurante des glaces ou les plus hautes chaussures qui existaient, alors Orion serait prêt à les lui offrir. Il désirait simplement que ce petit bout de vampire ait tout ce qui lui faille pour ne plus repenser à ces pilules fleuries. Il n'en était pas non plus au stade d'être prêt à lui laver les orteils ou à chasser pour qu'elle survive, il voulait simplement son bonheur. Cléophée avait su atteindre la sensibilité cachée d'Orion, avait su le cribler avec finesse. Et maintenant qu'il se sentait capable d'être aux petits soins pour quelqu'un, d'enfin faire preuve de tendresse et presque d'amour, il ne tenait pas à laisser passer cette chance. En tant que solitaire, il ne se montrerait jamais étouffant ou trop présent. Lui même ne le supporterait pas. Il voulait juste qu'elle comprenne qu'il serait toujours disponible pour elle, et ce lorsqu'elle le voudrait. Peut-être était-il en train de s'engager dans quelque chose dont il n'avait pas réellement conscience; peut-être, oui. Mais cela ne semblait pas le déranger. Il ne pensait pas être encore atteint par l'amour, il savait simplement que rien de tout cela n'était de l'amitié. Il préférait laisser le temps décider à sa place, ne souhaitant rien précipiter, se délectant de chacun de ces moments, tous aussi précieux les uns que les autres. En fait, il ne se comprenait plus vraiment. Lui d'ordinaire si réservé, comment était-il parvenu à se laisser séduire de la sorte ? Les femmes qui l'attiraient en général étaient plutôt des femmes comme Lullaby : distinguées, élégantes, maniérées et cultivées. Cléophée était un peu l'opposé : débraillée, indifférente, peu coquette. Les seules choses qu'elle possédait et qui faisaient toute la différence étaient son charme, son innocence et sa personnalité. Voilà la recette qui avait fait vibrer le cœur de l'impassible Orion Leach.

    _Tu veux un vêtement ? L'un de mes tee-shirt devrait être aussi long que tes nuisette.

    Ses cheveux sentaient très étrangement : un mélange entre l'odeur nauséabonde du vomi et celle délectable du sang. Cela donnait une effluve très particulière, pas spécialement dérangeante, mais pas non plus affriolante.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Jeu 1 Juil - 21:43

Ainsi lovés l'un contre l'autre, leur relation n'avait jamais été si fusionnelle. Tout était tellement plus simple maintenant, et même si un mal de crâne pas possible commençait doucement à se faire sentir, elle était réellement bien ainsi, se sentant en sécurité dans les bras musclés d'Orion. Les résolutions de laisser son passé derrière elle et d'arrêter la drogue à jamais, elle ferait tout pour les accomplir avec brio. Après tout Orion venait de lui montrer qu'elle n'en avait pas besoin pour être elle-même, pour être aimée et s'aimer elle-même. Au contraire tout cela la détruisait petit à petit. Elle se sentirait surement plus forte, prête à tout affronter si elle n'avait plus besoin de sa dose quotidienne. Tout allait changer, sauf l'affection qu'elle avait pour Orion, celle-ci resterait aussi forte voir pourra même décupler avec le temps. Mais l'avenir c'était quelque chose de tellement vaste, qui sait tout ce qui pouvait se passer. Après tout dans la vie on ne sait jamais ce qu'il va se passer.

_Tu sais, j'ai des économies. Je suis prêt à t'offrir les étoiles si cela est nécessaire à ton bonheur.

Un grand sourire se dessina sur les lèvres de Cléo. Ce qu'il venait dire était touchant, vraiment, elle n'était pas habituée à ce genre de phrase et le rouge lui serait surement monté aux joues si elle avait été humaine et que sa peau pouvait ainsi changer. Mais jamais elle ne lui ferait dépenser des fortunes pour satisfaire ses envies. Un trop grand respect s'était instauré pour lui pour faire des choses pareils et oser lui prendre ses économies.

    « C'est pas ton argent qui m'intéresse Orion, vraiment. Mes parents passaient leur temps à m'acheter avant... alors bon, maintenant j'ai fait l'impasse sur les billets. Si j'avais voulu j'aurais pu devenir milliardaire et me contenter de ça toute ma vie... »

Elle dit la dernière phrase d'une voix lascive, sans un soupçon de regret. Sa vie d'avant avait été tellement triste et superficielle, elle avait été si seule tout en étant toujours entourée. Mais c'était des gens inintéressants, voir dangereux pour elle. Rien à voir avec maintenant. La perspective de passer une vie qui n'avait de sens que pour son compte en banque, c'était horrible pour Cléo. Elle sentit le visage d'Orion plus proche du sien. La jeune vampire l'écoutait d'une oreille attentive.

_Je veux juste que tu sois heureuse. Tout le temps, à chaque seconde passante. Et je veux que tu sois à mes côtés.


    « Même si ça fait cliché, je serais toujours heureuse quand je serais avec toi Orion. »

Un autre petit sourire vint orner le visage de Cléo, pas un de ses sourires bêtes qui la caractérisait avant, mais un vrai sourire, comme touchée en plein cœur. Elle aussi le désirait près d'elle le plus longtemps possible, elle en avait tellement besoin. Et voyant l'expression sincère d'Orion cela la rassurait. Ce n'était pas des paroles en l'air, il ne la laisserait pas tomber. Elle avait envie de le serrer le plus fort possible dans ses bras bien que fragiles, mais elle était déjà sous son étreinte alors elle se contenta de le regarder, de planter son regard dans celui de son ami, perdue dans ses songes. Ils entretenaient une relation si privilégiée. Ayant chacun besoin de l'autre tout en étant très indépendants et se laissant respirer. A l'écoute l'un de l'autre, et tellement proches. Alors c'était quoi ? Pas de la simple amitié, mais delà à parler d'amour. Ce mot sonnait comme faux pour Cléophee. Qu'est-ce qu'il voulait dire après tout ? Elle n'en savait strictement rien vu qu'elle ne l'avait jamais connu. Non, elle ne voulait pas se prendre la tête avec ça, ils étaient ensembles, heureux, c'était l'essentiel. Aucun mot ne pourrait qualifier leur relation tellement celle-ci était privilégiée et unique.

_Tu veux un vêtement ? L'un de mes tee-shirt devrait être aussi long que tes nuisette.

    La voix d'Orion résonna en elle, la faisant reprendre pied avec la réalité. Elle répondit quasi directement d'une voix vive avec un petit sourire :
    « J'accepte volontiers. »

Elle accompagna ses paroles d'un hochement de tête, et doucement avec des gestes précautionneux se dégagea de l'étreinte d'Orion pour se lever. Elle fit quelques pas en titubant quelque peu, puis sa démarche redevint normale. Le sevrage n'était pas terminé même si elle allait beaucoup mieux. En apparence il l'était car elle n'avait plus trop mal mis à part à la tête. Mais c'était les jours qui venaient qui risquaient d'être difficile, quand le corps allait enfin comprendre qu'il n'aura plus jamais sa dose.

Après tout ces évènements elle avait surtout envie d'une douche parce qu'elle ne sentait pas vraiment la rose, ce qui n'était pas très agréable même pour un vampire. Elle ajouta d'une voix enjouée :

    « Sa te dérange pas que j'utilise ta douche ?. Non parce que là l'odeur c'est plus possible ! »
Toujours en trainant sa couverture qui cachait son corps, elle s'aventura vers la salle de bain ou elle finit enfin par s'en débarrasser avant de pénétrer dans la cabine de douche. Tournant le robinet à fond vers le chaud, elle se délectait de cette eau si revigorante, tellement agréable. Cela faisait du bien de sentir l'odeur et la fraicheur du savon sur sa peau et ses cheveux.

Spoiler:
 





Dernière édition par Cleophee O. Middleton le Jeu 1 Juil - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Jeu 1 Juil - 22:23

    Désintéressée de l'argent ? Cette femme serait-elle parfaite ? Hochant la tête, il abdiqua, compréhensif. Tout ce qu'il voulait qu'elle comprenne, c'est qu'il était prêt à tout pour son bonheur. Soupirant de bien-être, Orion savourait ce petit moment de plaisir intense, lové contre sa compagne. Ils éprouvaient l'un pour l'autre les mêmes sentiments, ce qui faisait de leur relation quelque chose d'unique et d'indescriptible. Et c'était sûrement ça qu'ils appréciaient tous les deux, l'innocence de leurs liens et la fusion totale entre leur deux esprits. Il était évident que pour les mois à venir, il serait compliqué pour l'un comme pour l'autre de ne pas être souvent en contact. Les moments qu'ils venaient de passer avaient été si forts, si intenses, que leur union s'était vue renforcée d'une manière particulièrement profonde.
    Se levant, elle lui dit qu'elle apprécierait se laver. Chose compréhensible, tous ces évènements l'avaient entre autre salie. Il lui sorti un t-shirt blanc de son armoire, et le lui tendit. Elle se dirigea vers la salle de bain, refermant la porte derrière elle. Orion entendit un bruit de rideau de douche, puis d'eau. Il contempla sa chambre du regard, méditant sur le foutoir incroyable qui régnait dans la pièce. Il se leva, décidant de mettre un peu d'ordre. Il posa le sceau emplit de vomi prêt de la porte de la salle de bain, attendant qu'elle soit libre pour le rincer. Il refit le lit, ramassa les livres ayant chuté sous l'action, ainsi que les cadres et autres objets décoratifs. Il décida ensuite d'aérer la chambre, ne craignant plus que Cléophée ne se fasse la malle. Tout paraissait désormais rangé, et c'était le principal. Le vampire réalisa ensuite que cela faisait presque un quart d'heure que sa compagne était enfermée dans la pièce voisine. Inquiet, il toqua à la porte, sourcils froncés.

    _Cléo ? Tout se passe bien ?

    Il n'eut pour réponse que le bruit de l'eau s'écoulant dans la douche. Il toqua une nouvelle fois, n'obtenant toujours aucune réponse. Paniqué, il tambourina à la porte, et finit par la forcer, découvrant une Cléophée se prélassant sous la douche. Les échos de l'eau et le bien-être provoqué par le fait de se laver avaient dû déconcentrer la jeune vampire qui n'avait pas réellement fait attention aux appels d'Orion. Gêné, il la contempla rapidement avant de baisser le regard.

    _Désolé, j'ai eu peur que tu te sois évanouie ou quelque chose comme ça...

    Tant qu'il était là, il se permit de prendre le sceau et de le vider dans le lavabo. Sans tourner la tête, il pria son amie de ne pas faire attention à lui, et qu'il n'était là que pour laver le récipient. Il le rinça rapidement, contemplant pensivement les vomissures diluées qui s'enfonçaient lentement dans le tuyau d'évacuation. Il fit tout cela très rapidement, reposa le sceau à sa place et quitta la pièce, refermant la porte derrière lui. La scène n'avait pas duré plus d'une minute. Il s'assit sur le lit, abasourdi par ce qu'il venait de se passer. Elle devait le prendre pour un pervers, maintenant. Bon, il l'était un peu, comme tous les hommes. Mais en l'espace d'une heure, il avait arraché ses vêtements, et l'avait vue nue du savon plein le corps. Finalement, elle n'était pas si maigrelette que ça. Légèrement, certes, mais ce n'était pas si désagréable à voir. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres d'Orion, à la fois honteux et enchanté. Il avait à peine laissé le temps à sa compagne de répliquer quoique ce soit, monopolisant les silences de ses paroles confuses. Il espérait simplement qu'elle ne prendrait pas mal ce petit incident. Assis sur le lit, il la vit sortir de la douche, vêtue de son tee-shirt, qui lui arrivait au milieu des cuisses. Il se permit un petit sourire gêné et bête, tout en se grattant le sommet du crâne.

    _Hm... bonne, cette douche ?

    Essayant de détendre l'atmosphère, il se cala contre le mur, croisant les bras. Il sentait d'ici l'odeur du shampooing et du savon, tous deux familiers. C'était presque étrange de sentir Cléophée portant l'effluve de ses propres produits. C'était cependant bien mieux que l'odeur immonde qui flottait dans l'air depuis plusieurs heures. D'un geste las de la jambe, il atteignit la fenêtre, la refermant. Il ne tenait pas à ce que cet agréable parfum ne s'envole. Bizarrement, il adorait l'émanation de ce savon, qui parvenait toujours à le détendre et l'enjouer. Il les commandait sur internet, et étaient tous 100% naturels. C'était cette petite touche de nature qui lui plaisait. Chacun ses petites bizarreries.
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Jeu 1 Juil - 23:52

Une sensation si agréable que le temps avait finie par filer sans qu'elle y fasse attention. L'eau chaude avait pour don de lui faire perdre la notion de tout, surtout après une journée pareille. Peut-être avait-elle entendu de très loin la voix d'Orion, mais sans l'entendre en même temps. Après tout ça ne devait pas être d'une importance capitale, de plus l'eau qui s'écoulait ne lui permettait pas d'entendre convenablement ce qu'il disait. Mais d'un seul coup, la porte s'ouvrit brutalement devant elle sans qu'elle y comprenne grand chose, et Orion fit irruption dans la pièce. Elle ouvrit de grands yeux, fixant Orion d'un air perplexe et un brin inquiète, ne pensant même pas à camoufler son corps. Son regard sur elle l'énerva plus que la gêna, surtout qu'elle était loin de s'attendre à ce qu'il déboule ainsi dans la salle de bain sans raisons apparentes, alors qu'en plus il en profite pour se rincer l'œil, elle l'acceptait moyennement. Décidément Orion n'était pas tellement différents des autres hommes. Il faut dire que dans ses situations, Cléo partait toujours au quart de tour, montant sur ses grands chevaux.

_Désolé, j'ai eu peur que tu te sois évanouie ou quelque chose comme ça...

Elle hocha doucement la tête pas plus convaincu que ça. Après tout elle allait très bien jusqu'à maintenant, alors pourquoi se serait-elle évanouie. Elle le regarda ensuite rincer le sceau de vomis dans le lavabo après l'avoir prié de ne pas faire attention à lui. Facile à dire. Sous le choc elle ne répondit rien, et coupa l'eau de la douche comme en signe d'agacement , bras croisés, et se cachant derrière le rideau de douche. Muette et outrée. Lorsqu'elle entendit la porte se fermer, elle ralluma les robinets, rinçant la mousse qu'il restait dans ses cheveux et son corps. Après s'être enveloppée dans la première serviette venue et séchée, elle enfila le tee-shirt d'Orion qui faisait office de chemise de nuit. Elle noua ses cheveux mouillés en une queue de cheval haute qui dégageait son visage. Prenant une grande inspiration elle sortit de la salle de bain, trouvant un Orion assied sur le lit qui semblait gêné et qui lui adressait un sourire un brin imbécile, et sans attendre qui lui dit :

_Hm... bonne, cette douche ?

Évitant totalement sa question elle dit d'un ton sarcastique :

    « Quand t'as dit que tu voulais être à mes cotés, j'avais pas réalisé qu'il fallait aussi qu'on prenne douche commune. »


C'était ironique évidemment, ce qui montrait qu'elle n'était pas réellement fâchée car un petit sourire apparu au coin de ses lèvres. La situation était tout de même amusante. Mais elle était quand même légèrement surprise, et un peu agacée parce qu'il l'avait vu nue. Elle n'aimait pas être prise au dépourvu comme ça. Il se leva et alla s'appuyer contre le mur, voulant sans doutes paraitre décontracté. Elle n'était pas dupe et alla prendre sa place sur le lit tout en le fixant. Elle adorait l'odeur qui émanait d'elle, de ses cheveux, odeur qui commençait à envahir toute la pièce. Même si celle-ci était un peu masculine pour Cléo, elle était agréable. Ce qui était certain c'était qu'Orion faisait de très bons choix par rapports à ses shampoings et savons on ne pouvait nier le contraire.

Elle rétorqua directement, d'une voix autoritaire qu'elle ne prenait pas souvent et qui pourrait presque faire sourire.

    « T'as intérêt à t'excuser tout de suite espèce de pervers ! Sinon tu vas avoir affaire à moi. »


Elle-même voyait mal comment elle pourrait se venger de lui mais s'il ne s'excusait pas elle tiendrait ses menaces à exécutions s'était certain. Elle n'avait peut-être pas la carrure pour être aussi menaçante, mais avait l'esprit assez tordue pour trouver des idées.C'était le principal.Et elle n'était pas du style à manquer d'idées quand c'était pour faire passer un sale quart d'heure à quelqu'un. C'était plus un jeu qu'autre chose, le coté enfantin de Cléo qui ressortait sans doutes. Elle le fusilla du regard, un petit sourire de défi aux lèvres.




Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Ven 2 Juil - 0:36

    Un léger sourire ironique, elle ignora sa question plantant son regard faussement fâché dans celui d'Orion.

    _Quand t'as dit que tu voulais être à mes côtés, j'avais pas réalisé qu'il fallait aussi qu'on prenne douche commune.

    Il leva les yeux au ciel, lui rendant son rictus. Le fait qu'elle fasse un peu d'humour faisait plaisir au vampire. Cela prouvait qu'elle ne pensait nullement à la drogue, et que le sevrage était en bonne voie. Voilà plus d'une demi-heure que rien n'ayant de rapport avec diverses pilules n'avait été abordé. Et cela faisait plaisir. Il la suivit du regard lorsqu'elle alla s'asseoir sur le lit. Son petit air supérieur et mesquin était assez amusant, lorsqu'on prenait compte le fait qu'elle n'était pas plus épaisse qu'une crevette. Bon, elle lui avait malgré tout flanqué un bon coup de poing dans l'oeil, mais si il était en position d'attaque, il la maitriserait sans aucun problème, comme il l'avait déjà fait quelques heures auparavant.
    Elle le sonna ensuite de s'excuser, accompagnant le tout d'une menace et d'une insulte. Le ton qu'elle avait employé fit rire Orion, réduisant ainsi toute la crédibilité de son interlocutrice. Ainsi, elle exigeait des excuses ? Orion haussa les sourcils, décroisant les bras et reprenant une posture normale. Si elle voulait jouer, alors ils joueraient. En une fraction de seconde, il se déplaça jusqu'au lit, plaquant les deux mains de sa compagne contre le mur, se plaçant à califourchon sur elle. Un sourire narquois sur le visage, il ricana, la contemplant avec ironie.

    _Ne m'oblige pas à te montrer ce qu'est que la perversité, gamine.

    Il hésita à se retirer, de peur des représailles. Bah, après tout, il y en aura forcément. Il se retira d'un bond, atterrissant à l'autre bout de la pièce, sourire toujours accroché aux lèvres. Toute cette pagaille lui avait au moins appris à être attentif et réceptif. Durant ces dernières heures, il s'était trop de fois laissé surprendre, se reposant bêtement sur ses lauriers. Il n'était plus question pour lui de paraître mauvais au combat, alors qu'il ne cesse de vanter sa puissance. Il serait désormais aux aguets, prêt à dégainer en cas de besoin. Après tout, Cléophée avait beau avoir de la force, question agilité et réflexes, ce n'était pas encore ça. Il essayerait de l'y entraîner un peu plus tard. Après tout, si l'on allie la robustesse à la dextérité, il est plus aisé de gagner.

    _Et viens les chercher, tes excuses.

    Les yeux pétillants de défi, Orion dévisagea son amie, attendant qu'elle réagisse. Tout cela devenait plutôt amusant, joli contraste avec les précédents ébats. Il y a quelques heures, ils se plaquaient contre des murs, grognaient de haine et étaient presque prêt à se battre pour de vrai. Le seul sentiment qui trônait dans la pièce à ce moment avait été la rage, le remord et la culpabilité. Actuellement, c'était plus le jeu et la provocation qui présidait au sein de la chambre. Ils ne cherchaient qu'à s'amuser, tout en désirant être le vainqueur, d'une quelconque manière. Cléophée voulait des excuses, et Orion voulait juste se divertir dans de bonnes conditions. Il finirait bien par s'excuser, même si il l'avait déjà fait lors de l'incident. Mais qu'importe. Si il avait bien appris une chose au cours de ses années d'errance et de débauche, c'est que dans ce genre de jeu abruti, il vaut mieux toujours faire preuve de galanterie, et laisser gagner la femme. Par simple prudence. Une demoiselle influencée par la défaite peut-être capable de bien des choses, surtout si cette dernière est vampire, et en plus en sevrage. Il ne valait mieux pas tenter le diable, surtout face à Cléo, peu importe jusqu'où va la puissance d'Orion.

    _Alors, chiche ?

    Accroupi au sol, il ne cessait de sourire, prêt à se défendre contre une quelconque vengeance.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Ven 2 Juil - 2:02


_Ne m'oblige pas à te montrer ce qu'est que la perversité, gamine.


Il l'avait plaqué sur le lit, les mains aux murs, positionné au-dessus d'elle. Tout se passa tellement rapidement qu'elle prit deux secondes pour réaliser ce qu'il venait de se passer. C'était ce qu'il lui manquait à chaque fois : des réflexes. Mais ce genre de petit jeu pouvait l'aider à les travailler, de plus avec Orion l'exercice était plus ardue vu son expérience, ce qui augmentait la difficulté et faisait donc un meilleur entrainement. Elle lui jeta un regard dédaigneux. S'il voulait l'impressionner c'était raté. Cette fois-ci en tout cas. Elle ne se laisserait pas intimider. Non cette fois-ci elle voulait gagner. Il la lâcha d'un coup, atterrissant d'un bond souple à l'autre bout de la pièce, il lui scandait de venir chercher ses excuses. Doucement elle se redressa, le regardant d'un air méprisant. Puis elle se leva, et se tint debout à coté du lit, à quelques mètres seulement d'Orion. Il la regardait, un petit sourire aux lèvres, accroupit en attente de la riposte de Cléo à sa provocation. Elle sourie légèrement, il rentrait dans son jeu, c'était déjà ça, les excuses n'étaient donc pas loin. Cléo pouvait être très butée quand elle s'y mettait.

_Alors, chiche ?


Elle secoua la tête, le fixant toujours avec la même intensité.

    « Évidemment... »


Sans prévenir, elle bondit sur Orion, décidant d'employer la manière forte sans forcément aller dans la subtilité. Elle avait pensé à un moment faire croire à Orion à une nouvelle crise de manque, pour qu'il s'inquiète et vienne vers elle afin de la calmer, elle en aurait alors profiter pour le prendre au dépourvu, lui sauter dessus et ainsi gagner. Mais c'était de la triche, elle voulait gagner à la loyale. Et puis il n'aurait peut-être pas vraiment apprécié la plaisanterie. Elle emprisonna les mains d'Orion dans les siennes après l'avoir fait basculer en arrière assez facilement vu qu'il était déjà accroupie. Elle utilisa vraiment toute sa force pour plaquer ses bras le long de son corps, repliant ces avant bras grâce à la pression qu'elle exerçait sur ces mains.. A califourchon sur son ventre, elle s'autorisa un petit rire, contente de son coup, tenant avec fermeté ses mains plaqué sur les siennes. Canines sorties, elle les approcha de son cou, elles frôlèrent la peau froide d'Orion, la touchant juste ce qu'il fallait pour qu'il les sente sans aller plus loin. Tout cela ayant juste pour but de l'impressionner car évidemment elle n'avait pas envie de le mordre ou de le blesser, ce n'était pas le but ici. En effet il y avait quelques heures elle se serait peut-être permis cela parce qu'elle était perturbée mais là tout allait mieux, elle se remettait de ses émotions et voulait juste jouer.

    « Excuse toi.. »


En le maitrisant toujours, elle lui susurra ces deux mots à l'oreille, juste après avoir fait mine de lui planter ses canines dans la gorge. Puis en remontant son visage, elle le fixa avec un regard pétillant qui n'était pour une fois pas dû à une drogue quelconque mais juste à l'adrénaline qui augmentait de secondes en secondes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Ven 2 Juil - 2:44

    Avant qu'il n'ait pu faire quoique ce soit, Cléophée avait déjà bondit sur lui, l'immobilisant au sol de la même manière que lui précédemment. Mains bloquées et positionnée à califourchon. Quel manque d'originalité ! Il trônait sur son visage un certain air de fierté et de supériorité, qui étaient plutôt amusant à contempler. Elle rit doucement et rapidement, renforçant son air glorieux. Elle remonta ensuite sa lèvre supérieure, dévoilant ses longues et pointues canines, qu'elle approcha ensuite du cou d'Orion. Il ne craignait rien, sachant qu'elle ne faisait cela que pour l'intimider. Il tressaillit cependant en sentant ses crocs saillant sur sa peau, redoutant presque durant un instant qu'elle ne passe à l'acte, emportée par l'un de ses coups de folie qui lui étaient propres. Elle se retira malgré tout quelques secondes ensuite, échangeant avec son partenaire un regard complice et amusé. Elle lui ordonna une fois de plus de s'excuser, avec une certaine autorité qui lui donnait un air assez étrange. Ses gestes étaient bizarrement très sensuels, rendant la scène particulièrement fascinante. Orion contemplait le tout, le regard tout aussi enjoué que sa compagne. Il hocha la tête négativement, faisant comprendre qu'il n'était pas encore prêt à abdiquer. Il était trop tôt. Il désirait se divertir encore un peu, juste un peu. Il sentait les petits bras de son amie trembler sous la pression; elle devait mettre toute sa force pour parvenir à l'immobiliser totalement. Cependant, elle avait omis un point : ses jambes. Orion était encore libre de mouvement à ce niveau là. Il en profita donc, poussant de tout son poids sur ses pieds, parvenant à se relever non sans difficulté. D'un même mouvement, il attrapa sa compagne, la portant tel un héros de bande-dessinée. Ricanant, il se déplaça avec grâce et rapidité jusqu'à la fenêtre, ou il fit passer sa seconde par l'ouverture, la balançant ainsi dans le vide. Bras tendus, il ricana.

    _Un coup de vent pourrait te faire tomber, tant tu es légère.

    Ce même sourire narquois campait toujours sur la face du vampire, lui aussi très fier de son coup. Il est évident qu'il ne la laisserait pas tomber, c'était juste pour tester le courage de sa compagne. La chambre d'Orion était située au dernier étage de l'internat. Ainsi, si elle se débattait, elle subirait une longue et sûrement douloureuse chute. Alors oui, bien sûr, ses os se ressouderaient, ou bien elle retomberait d'une traite sur ses pieds. Mais malgré tout, que l'on soit vampire ou non, la souffrance reste la souffrance, que les plaies se réparent ou non. Il resta ainsi deux à trois minutes, laissant Cléophée se balancer dans le vide, avec une certaine note d'effroi. Il la fit rentrer ensuite, la balançant immédiatement sur le lit. Ne lui laissant pas le temps de riposter, il lui sauta dessus, la serrant contre lui d'une telle manière qu'elle ne puisse plus bouger ses deux bras. La scène était plutôt amusante : Orion gagnait non seulement une étreinte, mais aussi un point de plus dans ce combat enfantin. Alors oui, elle pourrait encore lui croquer un bout de joue, lui mettre un coup de genou dans les bijoux de famille ou hurler à la mort, mais qu'importe. C'était aussi agréable que drôle. Ils étaient actuellement allongés sur le lit, elle en-dessous, et lui l'écrasant de tout son poids tout en ricanant.

    _Quel agréable câlin, tu ne trouves pas ?

    Le ton employé était bien évidemment ironique, et il sentait le corps fluet de sa compagne se débattre avec difficulté. C'était plutôt amusant, et vue d'un angle extérieur, la scène aurait presque pu s'apparenter à un viol. La jeune fille immobilisée sur le lit et gigotant pour se défaire, et l'homme par dessus. Bien évidemment, aucune idée de ce genre n'avait traversé Orion à ce moment-là. Dans le feu de l'action, il se posa une question que bien des hommes se posent par reflexe : couchera t-il un jour avec Cléophée ? Il ne savait pas si la relation qu'ils entretenaient les mênerait un jour à ce stade-là. Fut une époque ou Orion allait chaque soir se chercher une fille différente, afin de noyer comme il le pouvait la solitude qui à ce moment précis était sa seule amie. Depuis son arrivée à l'internat, il s'était fait quelques amies qui étaient suffisamment souvent disponibles pour qu'il ne se sente pas frustré. Et puis ces filles là étaient des personnes qu'il ne connaissait pas honnêtement; avec lesquelles il ne discutait pas vraiment. Pas des filles comme Cléophée, avec qui il entretenait un lien sincère. Par ce fait, il n'était pas certain d'arriver un jour à passer à l'acte avec sa compagne, de peur de briser leur relation si privilégiée. Peut-être cela arrivera t-il après un verre ou deux, ou bien un soir de dispute, lorsqu'ils se réconcilieraient. Ce genre de chose, lorsqu'elle n'est pas désirée, arrive souvent lorsqu'on ne s'y attend pas. Alors peut-être serait-il surpris, un jour. Le temps déciderait pour lui. Se reconcentrant sur la scène, il contempla sa compagne, lui jetant un regard faussement triste, lui faisant comprendre que c'était fort dommage qu'elle ne parvienne à rien faire.

    _Bah alors ?!

    Il sourit, amusé de sa propre blague.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Ven 2 Juil - 19:31

Malgré tout cela il ne s'excusa pas, la regardant d'un air enjouée. Puis tout se passa plutôt rapidement et sans qu'elle puisse y faire grand chose il réussit à se relever, la portant dans ses bras comme une princesse. Mais ce moment plutôt gracieux ne dura pas plus de deux secondes car directement après il la porta dans le vide par la fenêtre. Elle poussa un cris aigus, se débattant pour qu'il arrête. Elle avait toujours eu une peur bleu du vide, et même en étant vampire elle le redoutait plus que tout.

_Un coup de vent pourrait te faire tomber, tant tu es légère.

Elle essaya de se calmer pour éviter qu'Orion la lâche sans faire exprès parce qu'elle gigotait trop mais continuait d'une voix suppliante, énervée et anxieuse à la fois de répéter : « Arrête tout de suite ça, t'es malade ! » . Essayant de se calmer, elle se cramponna au bras d'Orion des deux mains, cessant de regardant le vide qui s'étendait sous elle. Le pire c'est qu'il continua ainsi à la balancer dans les airs assez longtemps. C'était interminable. Cléo n'en pouvait vraiment plus donc d'une main elle se cacha les yeux tout en continuant à se tenir à lui. La sensation de vide avait ainsi un peu disparu. Elle avait cessé d'hurler, ça ne servait à rien à part la stresser encore plus. Évidemment c'était un jeu, mais elle avait tout de même un peu peur même si elle n'en voudrais pas à Orion pour si peu. Elle voulait lui montrer qu'elle avait tout de même une petite once de courage en elle et ne voulait pas qu'il croit qu'elle était une petite nature. Mais c'est avec soulagement qu'elle sentit les bras d'Orion qui la tenaient rentrer à l'intérieur de la pièce et la vision du vide sous elle se dissiper peu à peu.
Seulement à peine l'avait il "sauvé" du vide qu'il l'envoya directement valser sur le lit. Elle y tomba en rebondissant légèrement comme un pantin désarticulé, et sans pouvoir réagir il lui bondit dessus, l'écrasant complètement et la serrant contre lui. Elle laissa échapper un « Wow » sonore de surprise et un brin étouffé. A vrai dire heureusement qu'elle n'avait pas besoin de respirer sinon elle serait sans doute déjà morte.

_Quel agréable câlin, tu ne trouves pas ?

Elle lui jeta un regard haineux et enjoué à la fois, lançant un « Ahahah » sonore et ironique. Piégée elle ne pouvait plus remuer ses bras mais ses jambes elle pensait pouvoir les bouger avec un peu de volonté. Leurs deux corps n'avaient jamais été aussi collés l'un à l'autre. Seulement le poids d'Orion pesait vraiment sur elle, la forçant à demeurer immobile. Elle tenta de se débattre, mais rien n'y faisait, l'étreinte d'Orion était vraiment suffisamment forte pour qu'elle ne puisse plus rien faire. C'était étrange, et n'importe quelle personne qui serait rentré dans la pièce à ce moment précis aurait sans hésitation cru à une agression. Mais elle ne songeait pas une seconde qu'Orion puisse lui faire une chose pareille, c'était impensable, inenvisageable, impossible.

_Bah alors ?!

Il semblait vraiment content de lui, et fière qui plus est, car un sourire satisfait apparut sur ses lèvres. Cléo soupira, le fusillant du regard. C'était trop facile, trop simple. Il se comportait comme la plupart des mecs, aimant dominer toutes les situations, se conduisant en macho, lamentable. Ces excuses elle n'était pas prête de les entendre mais elle était suffisamment butée pour les espérer encore même si ça n'avait plus véritablement d'importance. Se mordillant l'intérieur de la joue, elle cessa de le regarder, se concentrant sur la force de ses jambes. D'un coup vif, elle plia ses genoux, et étant donné qu'ils étaient assez saillants, elle les planta vers le haut de la cuisse d'Orion, sans toucher les bijoux de famille pour autant, mais surpris par le choc il la lâcha quelque peu. Elle en profita pour se faufiler sur le coté.

Seulement tout cela se passa si rapidement que dans le feu de l'action, elle tomba lourdement du lit s'écrasant le dos contre le sol de la chambre. Pitoyable, mais au moins elle s'était dégagée de l'étreinte d'Orion. Sans faire attention à elle et à ses muscles endolories, elle se releva directement, son regard se baladant dans toute la pièce pour trouver quelque chose qui pourrait repousser Orion et le faire abdiquer. Car sa seule force ne suffirait pas contre lui elle l'avait bien compris elle aurait besoin de tout son esprit pour gagner. D'un geste rapide, elle attrapa la chaise, et la brandit devant elle comme un bouclier contre Orion.

    « Je n'hésiterais pas à m'en servir. Alors tu t'excuses maintenant ou sa risque de faire mal ! »


Elle le fixa, à l'affut de n'importe quel mouvement d'Orion. Un fin sourire apparu sur les lèvres de Cléo. Après tout la connaissant, Orion devrait se douter qu'elle était tout à fait capable de lui balancer une chaise dans la figure sans problèmes. Mais elle recula quand même de quelques pas, se protégeant toujours avec la chaise. Ainsi il ne pourrait pas l'attraper aussi facilement, la jeune vampire étant bien décidé à se venger. Elle recula tellement qu'elle était presque dans l'encadrement de la porte de la salle de bain. Au moins il n'y avait plus de risques qu'il lui refasse le coup du vide ou de l'étouffement, elle était parée contre à peu près tout. Loin du lit et de la fenêtre. Mais le sentant s'approcher furtivement, elle prit peur, et jeta la chaise de toutes ses forces en direction d'Orion ne se souciant nullement de savoir si elle l'avait touchée ou non, préférant s'enfuir. Puis, elle en profita pour se faufiler dans la salle de bain ou elle s'arma du tuyau de douche qui était assez long pour qu'elle puisse l'utiliser hors de la cabine. Le tenant d'une main comme s'il s'agissait d'une arme, elle le braqua vers l'entrée de la salle de bain. Son autre main était posée sur le robinet, elle était prête à l'allumer à la moindre apparition d'Orion. Après tout le jet d'eau était suffisamment puissant pour le surprendre et le faire reculer. Enfin c'était ce qu'elle espérait cela dit. Elle avait l'impression d'être retournée en enfance, voir adolescence et cela l'amusait beaucoup. Car en devenant vampire elle se sentait plutôt coincée dans une frontière entre l'adolescence et l'âge adulte qu'en adolescence pure. Cela lui rappelait même avec une certaine nostalgie sans pour autant avoir envie d'y retourner, les batailles d'eaux géantes qu'elle avait fait par dizaine lorsqu'elle était encore humaine. Sauf que cette fois-ci elle n'était sous l'influence d'aucunes drogues.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Ven 2 Juil - 21:42

    Sous le feu de l'action, elle releva brutalement son genou, atterissant non loin de ses testicules. Sous la crainte et la surprise, Orion relâcha son étreinte. Cléophée en profita pour se dégager, atterissant lamentalement sur le dos à côté du lit. Pris d'un fou rire, il se rallongea, se tenant les côtes tant la scène avait été pitoyable. Préférant rester digne, la jeune vampire se releva, attrapant une chaise d'un air menaçant. Dans un premier temps, cela ne l'intimida pas. Il pourrait sans crainte se déplacer derrière elle, et recommencer le même processus. Cependant, elle ne tenait pas en place, et ne cessait de reculer, à l'affut. Donc maintenant, soit il acceptait de se prendre une chaise en pleine poire, soit il faisait preuve d'un minimum de reflexe. Il bondit sur ses deux jambes, s'approchant avec précaution de sa compagne. Apeurée, elle lui lança la chaise dessus, courrant ensuite dans la salle de bain. Il eut tout juste le temps de se baisser; l'objet ne lui tapa que le sommet du crâne, rien de bien grave. Il n'avait juste pas prévu qu'elle jouerait au terroriste, ayant pour arme le pommeau de douche. Il releva un sourcil, se reculant avec lenteur. Il ne tenait pas à ce que sa chambre soit mouillée. Alors il sortit de la salle de bain, se postant près de l'entrée, attendant qu'elle abdique à son tour.

    _Hors de question que je nettoie ta future pataugeoire, sors de là !

    Il avait dit ça de manière mi-ironique mi-prévenante, presque autoritaire. Il imagina soudainement son beau tapis imbibé ou ses livres meurtris par l'eau. Ou bien ses serviettes de bains, ses shampooings noyés ou encore les différentes sources de lumière. Un carnage était en préparation, et il ne pourrait laisser faire ça. Fronçant toujours les sourcils, il décida de passer à l'action. Il se précipita dans la pièce voisine, refermant la porte avec fracas, et se jeta sur Cléophée. Il était cependant trop tard. C'est trempé et blasé qu'Orion dévisagea sa compagne avec rage. Les représailles seraient violentes. Coincée dans le coin de la cabine de douche, il fit deux pas en avant, y pénétrant également. Il tira le rideau derrière lui, un sourire sadique sur la face, et appuya sur un des boutons, déclenchant les jets d'eau. Il avait demandé une douche très spéciale, et possédait ainsi, en plus du pommeau de douche, des jets encastrés dans le mur, qui vous massent le corps avec brio. Ainsi, ils étaient tous les deux complètement trempés, bloqués dans cette minuscule cabine. Aucun des deux vampires ne perdait son sourire enfantin. Visiblement, ce soudain chahut faisait autant de bien à l'un qu'à l'autre. Ils agissaient comme des adolescents auraient pu le faire : ils se bagarraient, riaient, rusaient, et rivalisaient. La guerre s'annonçait sans fin. Il était temps pour Orion de ravaler sa fierté, et de céder.

    _Pardonne ce viol visuel.

    Il soupira, prenant un air triste. Il se contempla ensuite ses pieds, dévisageant avec flegme ses chaussettes trempées. Son jean lui collait aux cuisses, et son débardeur était désormais plutôt transparent. D'un geste vif, il retira ses vêtements, restant en caleçon face à Cléophée.

    _Bouge, à mon tour de prendre une douche.

    Il la fit sortir avant que son boxer ne devienne trop transparent. Les représailles ne devaient pas aller jusque là, bien qu'Orion n'ait aucune raison d'avoir honte de ce que la nature lui avait offert. Il était plutôt bien servi; son succès est bien dû à quelque chose. Retirant son caleçon, il le jeta hors de la douche, et étala brièvement savon et shampooing sur son corps. Il ferait vite, il ne tenait pas à ce que Cléophée ait des idées de vengeance trop perverses. Lorsqu'il eut fini, il passa sa tête en dehors du rideau de douche, vérifiant qu'elle n'était plus dans la pièce. Sortant rapidement, il s'essuya et enroula une serviette autour de sa taille. Il pénétra dans la chambre, ignorant royalement sa compagne, l'air faussement vexé d'avoir perdu cette bataille. Il se dirigea vers son armoire, cherchant quels vêtements prendre. Il réalisa avec effroi qu'il n'avait plus aucun caleçon propre. Et il détestait sentir un jean lui frotter l'entrejambe. Se passant la main sur le visage, il soupira, exaspéré. Le seul caleçon potable qu'il lui restait était près de la cabine de douche, trempé. Donc inutilisable. Il referma son armoire, dévisageant une fois de plus sa compagne, toujours aussi blasé.

    _J'ai plus de boxer.

    Il soupira une nouvelle fois, restant debout.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Sam 3 Juil - 0:59

_Hors de question que je nettoie ta future pataugeoire, sors de là !

Silencieuse elle attendit, n'ayant nullement l'intention de lui faire ce plaisir. A l'affut toujours, elle attendit qu'il se décide enfin à rentrer dans la pièce. Il suffisait juste qu'il perde sa patience et c'était gagné. D'un seul coup, il entra brutalement, et la porte fut refermée avec un raffut pas possible, mais alerte au moindre son elle avait prévu cette entrée et avait tourné d'un coup sec le robinet et dirigé le pommeau de douche vers Orion, un petit sourire machiavélique aux lèvres. Il ne le prit pas très bien vu comment il la regarda par la suite. Elle tenta avec un petit ton ironique, comme pour détendre l'atmosphère :

    « Oups, désolé c'est partit tout seul. »


Elle recula d'un pas, seulement son dos se cogna contre la parois carrelée de la douche. Pas d'issues possible, surtout qu'Orion venait de rentrer à son tour dans la cabine, bloquant totalement la sortie. L'air sadique d'Orion inquiéta et amusa à la fois quelque peu Cléo qui se prépara alors à une guerre sans mercis. Un grand sourire apparu sur ses lèvres et alors qu'Orion avait déclenché une option dans la douche qui faisait fuser de partout des jets d'eau, Cléo se défendait tant bien que mal avec le pommeau de la douche. Leur petite bataille dura bien quinze, vingts minutes, peut-être plus ou moins, assez longtemps pour que les deux finissent trempés jusqu'aux os en tout cas. Cléo n'avait jamais autant ris depuis longtemps, elle s'était déchainée et défoulée comme jamais.

_Pardonne ce viol visuel.


Orion semblait triste tout d'un coup alors que Cléo jubilait. Enfin il l'avait dit ! La victoire était proclamée pour elle. Elle avait gagné la bataille, c'était sa fierté de la journée, et elle ne put retenir un petit cris de joie. Alors que Cléo savourait sa victoire, un grand sourire aux lèvres, il se déshabilla, enlevant ses vêtements mouillés, finissant en caleçon devant elle. Sa ne la choqua pas elle avait déjà vu par plusieurs fois des hommes nues bien qu'elle paraisse jeune et innocente, son passé lui n'avait rien de bien innocent. Par contre elle s'autorisa un rapide coup d'œil vers lui, découvrant alors qu'il était vraiment bien musclé, plus sans doute qu'elle ne l'avait imaginé. Mais elle ne voulait pas faire la voyeuse et cessa de le regarder, comme un peu gênée d'avoir ainsi contemplée sa musculature. Un peu comme lui l'avait fait précédemment en fait. En deux temps trois mouvements il la fit sortir de la pièce prétextant vouloir prendre une douche. D'un mouvement las elle sortit et alla s'assoir sur le bord du lit. C'est là qu'elle remarqua que le tee-shirt blanc que lui avait passé Orion était devenue un peu transparent sur elle, laissant apparaitre quelque peu sa peau nue. Bof, ça n'était pas bien grave, après tout maintenant ils s'étaient chacun quasi vu nue donc bon. Elle attendit ainsi, durant plusieurs minutes, entendant l'eau couler, mais n'avait plus envie d'aller lui faire une petite blague bien que les idées ne manquaient pas. Après tout elle avait eu ce qu'elle désirait : c'est à dire des excuses d'Orion, alors à quoi bon l'embêter plus longtemps. Il y avait bien un moment ou il fallait s'arrêter. Même si Cléo trouvait toujours des ressources, pour ce genre de chose elle était inépuisable. Puis Orion sortit enfin de la salle de bain, une serviette autour de la taille, un air des plus blasé inscrit sur son visage, il ne lança pas un regard vers elle. Il alla ensuite chercher des vêtements à se mettre dans l'armoire. Seulement en un quart de seconde son visage se décomposa. Cléo lui lança un regard remplie de curiosité ayant remarqué ce brusque changement chez Orion.

_J'ai plus de boxer.

C'était donc ça. Elle étouffa un petit rire, amusée par la situation et surtout par la tête quasi désespérée d'Orion. Juste pour ça. Elle haussa les épaules lui répondant directement :

    « Tu veux que je te prête une culotte ? »


Elle lui jeta un regard faussement curieux, un petit sourire en coin. Enfin, c'était quand même bête pour lui, c'est vrai que c'était frustrant comme situation mais Cléo ne voyait pas vraiment comment elle pouvait l'aider. Peut-être pourrait-il demander à l'un de ces amis masculin de lui prêter un boxer ? Ou en voler un ? Elle s'empressa de lui partager son idée, avec un air sérieux tout d'un coup :

    « Pourquoi t'irais pas en voler un à l'un des mecs de l'internat ? »


Voyant que le visage d'Orion était plutôt fermé, elle perdit patience et répliqua d'un ton un brin agacé et moqueur à la fois tout en se levant, bras croisés :

    « Allez me dis pas que tu vas me tirer la tronche tout le temps juste parce que j'ai gagné. »


Mais Orion était quelqu'un de fier, elle aurait du s'attendre à une telle réaction après la défaite.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Sam 3 Juil - 2:02

    Elle tenta d'ironiser comme elle le pouvait, en lui proposant une culotte. Soupirant, il leva les yeux au ciel, d'un air toujours très blasé. En soi, ce n'était pas très grave. Mais hors de question qu'il en emprunte un à qui que ce soit. Orion était quelqu'un de trop réservé et de trop pudique pour demander un service, surtout quelque chose d'aussi personnel. Et puis, hygiéniquement parlant, ce n'était pas le meilleur. Il ne savait pas comment les autres hommes lavaient leurs caleçons, et si ils les lavaient tout court. Il était très à cheval sur l'hygiène à ce niveau-là, et ne tenait en aucun cas à glisser son engin dans les boxers des autres. Il hocha la tête de gauche à droite, montrant qu'il était catégoriquement contre. Il alla s'asseoir aux côtés de son amie, se tenant la tête. Elle se permit ensuite de le rabaisser, répliquant qu'il n'était pas obligatoire de continuer à bouder. Il fixa le vide quelques instants, et la regarda ensuite. Pris d'une folie soudaine, il se jeta sur elle, l'immobilisant une nouvelle fois, à califourchon sur elle. Il jeta un rapide coup d'oeil à sa serviette, s'assurant que le noeud tiendrait le coup.

    _Ce n'est pas parce que je me suis excusé que la guerre est terminée.

    Il sourit, mauvais perdant. Retroussant sa lèvre supérieure, il dévoila ses longs crocs d'un air faussement menaçant.

    _Je me demande quel goût tu as.

    Il approcha son visage de celui de son amie, posant ses canines sur le menton de sa compagne. Il n'était pas loin de céder et d'y planter ses dents, juste pour goûter. Mais il ne savait pas si le sang de vampire avait une réelle différence de celui des humains. Et puis il ne le ferait pas, finalement. Elle lui en voudrait trop. Il planta une dernière fois son regard ténébreux dans celui de sa seconde, et recula son visage, la bloquant toujours. Il était toujours excité des précédentes actions, n'étant pas réellement rassasié de toute cette adrénaline. Il voulait se venger, juste une dernière fois. Il réfléchit quelques instants à comment faire, et trouva finalement. Il se releva, près à passer à l'acte. Il ne prévu pas cependant que sa serviette lâcherait à ce moment-là. Il se retrouva nu, debout, face à Cléophée. Surpris, il la rattrapa et se cacha l'entrejambe avec. Il se passa de nouveau la main sur le visage.

    _Oublie ça si tu peux.

    Il se dirigea rapidement vers son armoire, ne prenant même pas en compte le fait qu'elle avait désormais une vue sur ses fesses. Lâchant un juron, il renoua le morceau de tissu autour de ses hanches, et grommela jusqu'à ce qu'il eut trouvé de quoi s'habiller. Tant pis le caleçon, il enfila un vieux short type pyjama et resta torse nu. Et puis merde. Reprenant son plan en main, il sortit sa bouteille de whisky, et retourna s'asseoir aux côtés de son amie, visiblement amusée de la scène. Il l'ouvrit, et vérifia qu'il en restait assez pour eux deux. Environ la moitié du récipient. A priori, ça irait. Il bu une gorgée, et la tendit à son amie. Il lui fit comprendre qu'il désirait faire un jeu. Il avait quelques bouteilles sous son lit.

    _Si tu veux faire la maligne, montre-moi que tu sais boire.

    Un sourire pervers et narquois se dessina très lentement sur son visage. Il savait que sur ce point-là, il était proche de l'invincibilité. Orion buvait très fréquemment, et à grosse dose. Il n'avait jamais vomi à cause de l'alcool, ni même fait de choses réellement insensées. Quant à Cléophée, il ne savait pas vraiment. Ils verraient bien ce que la boisson les fera faire. Il dévisagea sa compagne, la bouteille en main. Ne la voyant pas prendre l'objet, il en rebut une gorgée, plissant le nez. Ce whisky était tout de même assez fort.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Invité


Invité


avatar



MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   Dim 11 Juil - 0:32

Cléo tressaillit lorsque Orion se jeta sur elle sans raisons apparentes mais son visage prit vite un air amusé, habituée à ses sautes d'humeurs.

_ Ce n'est pas parce que je me suis excusé que la guerre est terminée.

Elle hocha la tête, ravie d'entendre ça et de le voir réagir de la sorte. Ne jamais s'avouer vaincu, être un battant c'était l'un des traits de caractères qu'elle préférait le plus chez Orion. Lui au moins ne se dégonflait jamais, enfin il ne s'était encore jamais dégonflé devant elle en tout cas et c'était ce qu'elle retenait. Après tout c'était la seule personne qui pouvait lui servir d'exemple pour le moment.
Il s'approchait dangereusement d'elle, canines sorties, et Cléo eu un petit rire, elle n'imaginait pas une seule seconde qu'il puisse oser la mordre.

_Je me demande quel goût tu as.


Elle retint son souffle, sentant ses crocs se poser sur son menton, son regard faussement menaçant planté dans le sien. Elle l'interrogea du regard, comme un peu déconcertée, allait-il vraiment le faire finalement ? Dans le doute elle s'inquiéta quelque peu et essaya de se dégager mais il la tenait vraiment fermement. Mais non avec un léger regret dans le regard il se recula, il semblait avoir suffisamment de respect pour Cléo pour ne pas le tenter et risquer de l'énerver. Oh ce n'est pas une petite égratignure qui faisait peur à Cléo, mais le fait qu'il la morde l'énerverait au plus point car en agissant ainsi il la mettrait en position d'infériorité en la comparant presque à une vulgaire humaine. Humaine qu'elle n'est désormais plus et dont elle ne veut plus entendre parler. Un peu tordu comme raisonnement certes mais Cléo est loin d'être une fille simple.

Un air vengeur apparu sur le visage d'Orion qui se leva d'un coup, comme prêt à faire un mauvais coup, tourné vers Cléo. Seulement la serviette qu'il avait soigneusement nouée plus tôt autour de sa taille tomba d'un coup, il y eu un petit instant durant lequel ni Orion ni Cléo ne comprirent ce qui se passait. Puis tout se précipita, et Cléo réalisa qu'elle avait devant elle Orion complètement nue et pris au dépourvu. Elle ne put retenir un petit rire, et forcément son regard se porta durant une fraction de seconde vers "l'endroit" mais elle ne fit pas sa voyeuse et se contenta de détourner le regard le temps qu'il remette sa serviette.

_Oublie ça si tu peux.

Alors qu'elle reporta son regard sur Orion qui se dirigeait vers l'armoire et qu'elle s'était un peu calmée, elle découvrit alors qu'elle avait maintenant une vue sur ses fesses . Elle secoua la tête prise d'un nouveau petit rire, amusée par la situation. Voir un Orion aussi mal à l'aise pour une fois que ce n'était pas elle qui se ridiculisait ça avait de quoi être jubilatoire. Enfin ridiculiser n'était pas vraiment le mot étant donné que la plastique d'Orion n'avait pas de raisons de le rendre honteux. Cléo avait bien eu le temps de s'en rendre compte. Et même si elle ne montrait pas forcément elle était forcément un peu impressionnée par les muscles et la silhouette élancée d'Orion..
Elle ironisa comme à son habitude essayant de détendre l'atmosphère et en même temps de paraître elle-même décontractée :

    « Je crois pouvoir m'en remettre un jour t'inquiète. »

Il avait sortit de son armoire une bouteille, et retourna s'assoir auprès d'elle après avoir enfilé ce qui s'apparentait à un bas de pyjamas. Mais avant qu'il ne dise quoi que ce soit, Cléo avait déjà compris ce que cela voulait dire et ce qu'il attendait d'elle.

_Si tu veux faire la maligne, montre-moi que tu sais boire.

Le visage d'Orion se transforma, comme tout d'un coup sous des traits plus machiavélique. Cléo le dévisagea lentement, puis jeta un coup d'œil vers la bouteille. Hum, du whisky, pour changer. Elle n'avait jamais vraiment aimé cet alcool. Et puis avait toujours eu du mal à le boire. A vrai dire les boissons style vodka elle les buvait comme de l'eau plate ou du jus de pomme, mais le whisky... Étais-ce vraiment raisonnable alors qu'elle avait à peine terminé un sevrage ? Oh après tout elle était habituée à ce genre de jeu, avec toutes les soirées qu'elle avait fait, c'était obligatoire. Mais elle était cependant très mauvaise car elle était toujours soule avant tout le monde. Cela dit elle tenait toujours assez longtemps avant d'être ivre morte. Mais l'alcool lui avait toujours provoqué des effets puissants en général. La plupart du temps elle racontait n'importe quoi, puis elle se mettait à danser comme une folle en embrassant tout le monde, bon rien de bien originale certes, mais elle était tellement inattendue en temps normal, alors si en plus on la faisait boire elle pouvait faire bien pire... Le problème de Cléo c'était que lorsqu'elle vuvait elle n'arrivait plus à s'arrêter, à se fixer des limites. La boisson lui avait fait regretter tellement de trucs stupides qu'elle avait fait par le passé. Elle soupira légèrement, son truc ça avait été la drogue pas l'alcool. Et puis elle allait surement perdre contre Orion qu'elle imaginait très bien boire à outrance sans avoir presque aucuns effets. Mais elle était vampire maintenant, alors les effets seraient peut-être moins fort, donc le jeu en valait la chandelle. Puis l'idée qu'ils puissent faire des choses sous l'emprise de l'alcool qu'ils regretteraient tout les deux lui traversa un instant l'esprit. Bof, elle s'en fichait, elle ne comptait pas finir dans un état lamentable au point de ne plus se contrôler à ce point. Rester dans un état d'ébriété "soft" lui suffisait pour ce soir. Enfin évidemment elle pensait ça maintenant, mais qu'est-ce que cela sera quand l'alcool aura fait ses premiers effets et qu'elle ne se contrôlera comme d'habitude plus assez pour s"arrêter.
Tout en faisant une de ses moues caractéristiques, Cléo s'empara de la bouteille que tenait Orion, un fin sourire aux coins des lèvres et déclara d'un ton pleins de sarcasmes :

    « C'est pas très gentleman de souler les jeunes filles. »


D'un trait elle but cul sec au moins un quart de la bouteille. Le whisky était vraiment fort, elle ne s'y attendait pas. Elle toussota bien durant dix secondes, c'était vraiment désagréable comme sensation. Mais elle tenait toujours fermement la bouteille ne voulant pas passer pour une bleue devant Orion, et à peine eut-elle finit de se remettre des premières gorgées qu'elle reporta le goulot à sa bouche, et en rebut deux ou trois grosses lampées. Elle fit une moue dégoutée, le nez plissé, s'éventant machinalement d'une main le visage. De l'autre elle tendit la bouteille à Orion, c'était à son tour maintenant, il fallait qu'elle se remette un peu avant de boire à nouveau. La chaleur de l'ivresse qui débute doucement commençait à lui monter à la tête. Elle aimait bien cette sensation de légèreté et d'ailleurs qu'on éprouve à ce moment là. Elle passa ses deux mains dans sa chevelure, défaisant au passage la queue de cheval qu'elle s'était faite, faisant doucement retomber ses cheveux légèrement ondulés le long de ses épaules. Une effluve de parfum du shampoing d'Orion provoqué par la chevelure sauvage de Cléo se répandit autour d'eux. Alors qu'Orion était en train de boire, elle prit place sur ses genoux, lui volant la bouteille des mains et commença à boire de nouveau., puis elle plaça le goulot sur les lèvres d'Orion, comme pour le faire boire, et pencha la bouteille pour que le liquide s'écoule. Un grand sourire se dessinait sur les lèvres de Cléo, ce moment lui rappelait ses années de débauche non sans une once de nostalgie, mais c'était l'alcool qui montait qui lui faisait penser ça évidemment. Pour le moment elle tenait plutôt bien l'alcool, elle n'était pas encore vraiment soule juste un peu "pompette", en même temps ce n'était que le début.

    « Tu finis cette bouteille et je te bois cul sec n'importe quelle autre bouteille ! »


Elle l'avait presque ordonné, entre deux petits rires, regardant avec audace son compagnon dans les yeux elle ajouta pointant un index réprobateur sur son torse. Elle cessa de le faire boire et lui passa la bouteille.

    « Si t'y arrive pas t'as un gage. »


Elle accompagna ses paroles d'un petit sourire en coin, lui laissant penser qu'elle trouverait sans problèmes un gage digne de ce nom pour lui si il n'y arrivait pas.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Regarde ! C'est

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: That's no reason. [Cleophee/Orion]   

Revenir en haut Aller en bas
 

That's no reason. [Cleophee/Orion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire's School•The another universe :: « In School » :: Salle de loisirs-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit